abcBurkina
Français

---

abcBurkina
493) Valorisation des produits du lait local Imprimer Envoyer

Une réponse à la faim et à la pauvreté

Dans son élan de valorisation des produits du lait local, l’Union nationale des mini-laiteries et producteurs du lait local du Burkina (UMPL/B) a organisé autour du thème « La place et la contribution des mini laiteries dans le développement socio-économique des acteurs », les 72 heures des produits laitiers locaux. Première du genre, la cérémonie de lancement de ces Journées est intervenue - sous la présidence du ministre en charge des ressources animales - dans la matinée du samedi 14 février 2015 à Ouagadougou.

Lire la suite...
 
492) Le SEDELAN vous souhaite une bonne année 2015. Imprimer Envoyer

Le gouvernement burkinabè de transition va-t-il oublier les paysans ?

Je souhaite une bonne année 2015 à tous les lecteurs de cette lettre, sans oublier les paysans du monde entier, et spécialement ceux du Faso.
Hier, au journal télévisé de 20 heures de la RTB (Radiodiffusion Télévision du Burkina), j'ai écouté le Président de transition M. Michel Kafando offrir ses vœux au peuple burkinabè. Dans son message du nouvel an, il n'a pas oublié de saluer les femmes et les jeunes qui ont pris une part décisive à l'insurrection des 30 et 31 octobre. Dans un premier message le Président ne peut pas tout dire. Il nous a assuré que le Conseil National de Transition (CNT) fonctionne maintenant à plein régime. Nous ne demandons qu'à le croire. Cependant, j'ai bien peur, qu'une fois encore, les paysans soient les grands oubliés.

Lire la suite...
 
491) Pas d'APE, sans Souveraineté alimentaire ! Imprimer Envoyer

Nous sommes au bord du gouffre
et nous nous préparons à faire un grand pas en avant !

Il y a dix ans, en 2004, le SEDELAN (Service d'Editions en Langues Nationales, de Koudougou, au Burkina Faso) publiait un petit livre intitulé : « Les filières rizicoles en Afrique de l'Ouest et la nécessité de la Souveraineté Alimentaire ». Ce petit livre, nous l'avons publié pour manifester notre inquiétude. Inquiétude partagée alors par une bonne partie de la société civile du Burkina Faso et de l'Afrique de l'Ouest. Dans ce livre nous avons écrit : « Pas d'APE, sans souveraineté alimentaire. » En 2005, avant la réunion ministérielle de l'OMC, les paysans burkinabè ont manifesté nombreux cette inquiétude avec des banderoles où il était écrit : « Pas d'APE, sans souveraineté alimentaire ». Aujourd'hui, il ne s'agit plus seulement de manifester notre inquiétude Nous voulons pousser un cri d'alarme. Nous sommes au bord du gouffre, et voici que nous nous préparons à faire un grand pas en avant !

Lire la suite...